Jardiner au Naturel

Un problème avec le compostage de vos bio-déchets ?

 

Le maître-composteur a pour rôle de maîtriser le processus de compostage de la matière organique et être capable d'apporter des remède à des dysfonctionnements observés au sein du compost. Il vous apportera ainsi les bons conseils pour obtenir un compost de qualité !

 

Vous êtes intéressés par un diagnostic de votre compost à votre domicile ? ... Contactez Simon, notre Maître-composteur au 03.80.37.84.85 ou par mail : prevention@smictom-plainedijonnaise.fr

 

 


 

JARDINER AU NATUREL, C'EST AVANT TOUT JARDINER AVEC SON ENVIRONNEMENT EN RESPECTANT LES ÉQUILIBRES DU JARDIN

 

Pour la biodiversité, la protection de l'eau et notre santé, il est nécessaire d'adopter des pratiques de jardinage sans pesticides ni engrais chimiques. Des solutions existent, très faciles à mettre en œuvre pour la plupart : cette rubrique vous donnera quelques clés et solutions pour disposer d'un beau jardin, équilibré, sain et productif sans recours aux pesticides.

 

LES GRANDS PRINCIPES

  • Proscrire les pesticides (herbicides, insecticides et fongicides) et engrais chimiques,
  • Couvrir le sol par des paillages, des plantes couvre-sol et des engrais verts,
  • Choisir des plantes adaptées au jardin (sol, climat, exposition),
  • Entretenir la fertilité du sol en développant l’activité des vers de terre et des micro-organismes par des apports réguliers de compost, source d’humus, et par la mise en place de paillis,
  • Penser à la rotation des cultures légumières et aux associations de plantes,
  • Créer un environnement favorable aux plantes et animaux du jardin : haies fleuries et champêtres tapissées de feuilles mortes, fleurs en toute saison, point d’eau permanent dans le jardin, abris à insectes…
  • Utiliser des outils adaptés et travailler la terre au bon moment.

I. Le paillage

Le paillage est une technique qui consiste à recouvrir le sol de matériaux organiques ou minéraux pour le nourrir et/ou le protéger. Ces matériaux sont déposés au pied des plantes dans les massifs.

paillageLes 5 principaux paillis organiques faciles à trouver sont : 

Tontes de gazon : Elles se décomposent assez vite, ce qui les destine plutôt au paillis saisonnier de courte durée : autour des plantes basses annuelles ou vivaces, des légumes de culture courte, sous les jeunes haies.

Tontes

Petits déchets du jardin broyés et copeaux : 
Les copeaux réalisés par broyage des branches forment un bon paillis pour les arbustes, les haies, les rosiers, surtout le broyat d’hiver sec. 
Le broyat des tailles de printemps est gorgé de sève et de sels minéraux (azote…) : il convient mieux pour le compostage mais peut servir de paillis après quelques semaines de séchage en tas. 
Le broyat de thuyas et autres conifères possède une action herbicide forte et durable.

Feuilles mortes : Elles sont idéales pour pailler sous les haies et les massifs arbustifs. Les petites feuilles (chêne…) et les grandes feuilles broyées (à la tondeuse) conviennent aussi dans les massifs de vivaces. 

feuille morte paillage

Paille : Elle convient parfaitement pour les paillis annuels, au pied des légumes, des arbres fruitiers, des fraisiers, des framboisiers, des arbustes, des jeunes haies, en couche de quelques centimètres. Idéale au potager.Paille

Écorces : Les écorces de feuillus, épandues en couche d’au moins 5 cm conviennent mieux que les écorces de pin pour les arbustes fragiles (rosier) ou de terrains neutres à calcaire. 

ecorse de bois

II. Le compostage

 

 Il reproduit le cycle naturel de la matière. Cette transformation en humus est un processus biologique, en présence d'air, dû à l'action conjointe d'êtres vivants du sol : bactéries, champignons, insectes.

  • Il favorise la croissance des végétaux et des racines
  •  Il renouvelle l’humus du sol 
  • Il améliore le rythme de diffusion des nutriments 
  • Il améliore la porosité du sol 
  • Il limite l’apparition de maladies

Le compost pourra être utilisé toute l'année pour les plantations en le mélangeant à la terre, au Printemps pour préparer le potager, et en fin d'année pour l'incorporer à la terre pour l'enrichir.

image compost rouvres

III. Choisir des plantes adaptées au jardin 

Pour bien choisir ses plantes, il faut :

Favoriser les variétés locales (arbres et arbustes) 

 Tenir compte du développement des végétaux afin de limiter le recours à la taille, particulièrement consommatrice de temps et qui ouvrent à des risques sanitaires important pour la plante ;

Au potager, il faut avoir une bonne connaissance des variétés. Certaines variétés anciennes (tomates, salades) sont particulièrement rustiques d’autant plus que l’on peut récolter ses propres graines et faire ainsi une sélection naturelle. Les variétés modernes peuvent également proposer des résistances aux maladies (mildiou) ou aux conditions climatiques (résistance à la montée en graine). Attention toutefois à trouver un compromis avec la qualité gustative et nutritionnelle, parfois limitée, des variétés récentes.

potager

IV. Créer un environnement favorable aux équilibres écologiques 

La diversité écologique du jardin est une richesse importante. Il faut donc favoriser la biodiversité au jardin, et notamment la faune auxiliaire du jardinier.

Simplement en développant les zones de biodiversité et leur capacité d’accueil… :

• La haie champêtre est indispensable : c’est une zone de nourriture, de refuge, de nidification. Il faut choisir des espèces locales, adaptées au paysage.

• Favoriser le fleurissement tout au long de l’année.

Multiplier les habitats : zones de prairies hautes, tas de bois, arbres morts, rocaille et enfin les gîtes et nichoirs utiles pour renforcer la présence de certaines espèces : perce-oreille, mésange...

jachère fleurieV. Désherbage Naturel

Comment désherber aux abords de la maison (terrasses, cours, allées…) :

 Désherber manuellement les surfaces gravillonnées à l’aide d’un sarcloir et utiliser le couteau à désherber sur les pelouses pour extraire les plantes indésirables implantées ponctuellement.

Utiliser le désherbage thermique :

à l’eau chaude, pour utiliser le principe du choc thermique sur les plantes : ll suffit de verser l’eau de cuisson encore très chaude (eau de cuisson recyclée) sur les herbes à éliminer. Cette méthode est particulièrement indiquée pour les herbes qui peuvent pousser entre les dalles d’une allée ou d’une terrasse ou aux pieds de murs ;

à la flamme, à l’aide de désherbeurs à gaz. Ce système est également indiqué pour les zones ponctuelles ou linéaires. Attention, c’est peu efficace et trop coûteux en énergie pour des traitements de surface.

Eau chaude

Désherber au potager :

Désherber là aussi avec des outils manuels. Sarcloir et binette permettent d’extirper les plantes indésirables jusqu’aux racines. Le semis en rang facilite également le binage grâce à une meilleure lisibilité des cultures.Travailler le sol. Avec le paillage et l’apport de matière organique, le travail du sol est simplifié au maximum et reste superficiel. Pour les sols lourds, privilégier le travail à la grelinette (qui aère le sol sans le retourner) en automne. Recouvrir ensuite avec du paillage. Les mottes seront cassées par le gel et les micro-organismes du sol.

Rateau